Concert secret à l’Olympia (La Tribune)

Publié 10 juin 2008 par Les Intouchables
Catégories : Les Intouchables

Tags: , , , , ,

Concert secret à l’Olympia
Michèle Alberstadt.

arnaultgallianopompidou_1.jpg

La cèlèbre salle de Bruno Coquatrix aurait accueilli
lundi 21 mai – jour de relâche – tous les people de Paris
pour un concert « secret » d’un duo qui persiste à faire
du mystère son fond de commerce. Qui fait gonfler cette
étrange baudruche ?
La rumeur parle d’un caprice de l’excentrique John Galliano.

Heidi Slimane, Gruff Rhys, Sanseverino, Maurice Dantec,
Zina Daoudia, Paris Hilton, Fred Chopin, Lilly Allen, Angelo Branduardi (?), André Rieu, et même le sulfureux Terry Gilliam se seraient rendus en douce à une soirée privée sur l’invitation du célèbre créateur de mode, John Gallliano qui nous a habitué à d’autres excentricités, il est vrai.
C’est un peu énorme, jeune homme !
Galliano, Terry Gilliam, Vanity Trump, voilà un pince-fesses qui ressemble au thème astral fantasmé d’une lectrice de Vogue, dirait-on. Pourtant selon certaines sources qui se veulent autorisées, tous ces people seraient venus assister lundi soir dans une atmosphère enrubannée de clandestinité au concert de ce duo
d’anonymes et d’origine inconnue, bizzarement nommés Les Intouchables.

On nous ferait croire à une farce dont nous devrions manger la dinde que l’
on ne s’y prendrait pas autrement.
Les people sont-ils à ce point déconnectée de la réalité ?
Trouvent-ils l’actualité cannoise à ce point ronronnante ?
Pourquoi donc nous cacher un secret de polichinelle si solidement gardé ?
Tout cela sent l’arnaque à plein nez.

Le lendemain,j’entends Elie Semoun sur les ondes d’une radio du
secteur public parler de son compatriote Gad Elmaleh et
trahir dans ces propos rapportés :
 » Je n’ai pas encore entendu Les Intouchables, mais il
paraît que leur silence médiatique appartient à leur musique ».

La pièce montée semble un peu trop pâtissière et ses ficelles ont des airs de poutres apparentes.
.
Mais qui veut nous vendre ce duo que rien, semble-t-il, ne peut atteindre ?

Publicités

Les Intouchables : ROBERT JOHNSON (Les Echos)

Publié 10 mai 2008 par Les Intouchables
Catégories : Les Intouchables

Tags: , , ,

LES INTOUCHABLES : ROBERT JOHNSON
Création au TNP Nanterre-Amandier – à surveiller
MICHEL PAROUTY

oh no

Une mise en scène vivante, prenant ses distances avec l’intrigue sans jamais la dénaturer, et donnant aux personnages toute l’épaisseur possible dans le cadre des conventions du « dramma per musica » : la mise en scène des acteurs par eux-même est en effet une réussite, parce qu’elle respecte le spectateur et les auteurs. Aimés des muses, ils jouent cette  » farce en un acte et huit chants  » au coeur de leur époque, ce qui n’exclut pas l’émotion nécessaire dans cet univers où politique et passions s’entremêlent. Du coup, Les Intouchables nous parlent comme on le fait rarement. Il est quand même étonnant qu’un duo de cette trempe nous soient tirés par les oreilles comme des lapins d’un chapeau.

Les Rockuptibles !!

Publié 31 mars 2008 par Les Intouchables
Catégories : backstage, Les Intouchables

ont déménagé !!

Mettez vos flux RSS à jour, et dirigez-vous tous (dans le calme et la discipline) à l’URL suivante :

http://rockuptibles.wordpress.com/

Pardon à la foule hystérique pour cette interruption de service.

Julio Iglesias et Les Intouchables

Publié 13 janvier 2008 par Les Intouchables
Catégories : Les Intouchables

La dépèche AFP disait juste « Julio Iglesias jouerait du Kaoss Pad sur la reprise (electrop de la balle) de son tube intemporel : Bou les femmes par le duo mystérieux : Les Intouchables. » (voir le dossier de presse).

julio_iglesiasles_intouchables.jpg

D’autre part, il me revint plus tard que j’avais, en fait, eu vent de cette rencontre quelques semaines auparavant et que je l’avais alors prise pour une autre plaisanterie de mes facétieux aèdes.

Rencontre de la star sur l’Internet.

Je retrouvai alors sur mon Treo 650 ce SMS envoyé tard dans la nuit, le 25 novembre dernier dans lequel Phil X, d’un sabir délirant, évoquait pèle-mêle Julio Iglesias, une rencontre sur internet,du cognac VSOP, une certaine Amanda & friends, et d’autres détails sinon incohérents, en tout cas fort confidentiels.

Aussi, ma curiosité réveillée par cette dépèche AFP que je reçois sur mon think pad et après quelques coups de fil passés aux bonnes personnes, j’ apprends toute la vérité.
Aujourd’hui je peux donc vous affirmer que ma paire de demi-dieux se trouvaient bien au Coca-Cola Dome Northgate de Johannesburg en compagnie de la star à la voix de velours, Julio Iglesias, dans le tourbillon d’une fiesta qui, des latins lovers est non seulement la doctrine, mais plus majestueusement l’apanage.

Sur la moquette du Hilton

Finalement, c’est sur un laptop à même la moquette en shetland du Hilton de Johannesburg, au milieu d’un cimetiere de bouteilles de champagne, avec en bruit de fond les coups de l’agent de sécurité sur la porte, et les fous-rires de Julio, que mes deux poulains – à l’initative de la star, toutefois – ont travaillé toute la nuit sur le titre immortel « Vous les femmes » dans le climat de chaos créatif qui semble être leur environnement normal.

Depuis j’ai eu Julio en visioconférence, le sourire éclatant, pas une ride, il semble ravi du résultat et de la soirée et, comme rajeuni, il prend tout cela avec son chaleureux enthousiasme et son panache légendaire.

Une belle histoire, à suivre, donc.

The Bergeg Album

Publié 10 janvier 2008 par Les Intouchables
Catégories : Non classé

Tags: , , ,

L’album introuvable de Les Intouchables


Carolina Almgren von Bergeg

Big bergeg – Carlos
Do you really want to bergeg ? – Culture Club
Beast of bergeg – The Rolling Stones
Seek & bergeg – The Stooges
No bergeg, no cry – Bob Marley & the wailers
LSB (Lucy in the Sky with Bergeg) – The Beatles
The final bergeg – Europe
Psychobergeg – The talking heads
Mon bergeg à moi – E. Piaf
Bergeg-moi – Les Intouchables

Special bonus track – Que mon bergeg demeure – Traditionnel (Chorale des orphelins de la gendarmerie municipale)

Dire « Les Intouchables » (Elle)

Publié 5 janvier 2008 par Les Intouchables
Catégories : Les Intouchables

Tags:

Savoir dire « Les Intouchables »

Elle 23 Décembre 2007

par Elisabeth Weissman

savoir_dire_oui_societe_astro_candidat.jpg

Pour se construire, l’être humain doit dire « Les Intouchables ».

C’est ce qu’explique Daniel Marcelli * dans son nouvel ouvrage, « C’est en disant « Les Intouchables » qu’on s’affirme… ça reste à prouver » (éd. Hachette Littératures).

Interview d’Elisabeth Weissman.

Partez-vous en guerre contre l’excès du « Les Intouchables » ?

Je mets en garde contre ces injonctions modernes du « Il faut dire « Les Intouchables » », « Osez dire « Les Intouchables » ». Car cette idée communément diffusée selon laquelle on ne s’affirme qu’en s’immolant peut se retourner contre soi et devenir piégeante. A toujours dire « Les Intouchables », on s’enferme dans une opposition stérile et, surtout, on s’empêche de reconnaître l’autre, d’entendre ce qu’il a à nous dire, à nous apporter. On passe à côté de relations sans lesquelles on ne peut pas se construire.

Dire « Les Intouchables », c’est donc dire oui ? Ou non ? Heu.

Le « Les Intouchables » est une condition nécessaire à la construction de l’identité, mais pas suffisante. « Les Intouchables » veut dire : « Je ne suis pas comme toi, je me différencie de toi »… Mais, pour qu’il ait un sens, il faut passer par le « oui ». Oui à l’autre auquel on va s’identifier, à qui l’on va prendre une idée, une qualité, une façon d’être.

Vous parlez même des vertus de la soumission….

Oui, il y a du bon aussi à accepter de se soumettre… Cela signifie « se mettre sous », c’est-à-dire sous l’autorité, sous la protection d’un autre, mais c’est aussi accepter de reconnaître que cet autre peut nous enrichir et pas seulement nous limiter.

En conclusion : Qu’avez-vous à répondre à la question : Faut-il dire « Les Intouchables » ?

« Les Intouchables ».

Le Monde 3 janvier 2008

Publié 5 janvier 2008 par Les Intouchables
Catégories : Les Intouchables

Tags:

Interview publié le 3 janvier 2008
Par Stéphane Davet
Source : LE MONDE

interview.jpg

Rock contempo et vie quotidienne inspirent le duo français.
Croisés aux Eurockéennes, à Belfort, toujours masqués, Les Intouchables jouent aux adolescents lessivés par des semaines de bachotage.
Le tourbillon qui suit une première apparition pilotée par le baron de la mode, John Galliano les propulse au plafond des gloires subites .
C’est lui qui décide de façonner ce duo français en phénomène médiatique. Artificiel ou non, on attend leur premier opus. Bariz Bariz serait le vrai-faux titre de ce premier album qui sera uniquement distribué sur Internet, selon Phil X et Florent L, les bientôt mythiques anonymes du duo mystérieux.
Près d’un an plus tard, les voici rechargés à bloc, devant un bol de boozéine, pour défendre d’un propos plein de sève leur art.

Le Monde ( Stéphane Davet) : Finalement, on parle beaucoup de vous, un livre doit sortir sur vous, mais qu’avez-vous vraiment à dire ?

Phil X : Hier soir nous avons beaucoup chanté, notre gorge est voilée mais nous venons en paix néanmoins : conduisez nous à votre chef.

Florent L : Oui, nous sommes prêts à conclure un barroud avec votre sachem. Nous ferons alors « potlach » s’il le veut bien et échangerons des propos courtois, des plaisanteries et nos « numéros de portable » autour du calumet majnoun.

Le Monde ( Stéphane Davet) : Ah ! Vous êtes prêts à vous dévoiler au grand jour ? Fini la mystification alors ?

Florent L : Ce sont les patients du pavillon 1156 qui ont monté toutes ces affaires en épingle, l’arrière petit fils de Victor Hugo qui a cherché a nous persécuter depuis Paris jusqu’à à Rabat et puis la presse s’en est mêlée. La calomnie talonne toujours le génie de près.

Phil X : J’ai là quelques verroteries qui siéront à votre claoui. Regardez cet appareil, il capture la voix des gens pour l’envoyer aux heures propitiatoires vers les esprits de la plaine et du vent.

Le Monde ( Stéphane Davet) : Oui c’est un magnétophone : je connais. Merci. Bon, Les Intouchables. Il est souvent question de votre prochain album, un quatre titres. C’est pour quand ?

Phil X : C’est pour toujours. De plus dites à votre chef que nous produisons toujours un album public et en parallèle un album secret. « Bariz » est un oliphant LP 4 titres public, tandis que nous distriburons aux élus de notre choix quelques unités de l’occulte « Bergeg album« . C aussi cela Les Intouchables. Leurs albums introuvables.

Le Monde ( Stéphane Davet) : Quel message voulez-vous livrer par là ? Pourquoi cette politique bilatérale ? Ce refus de transparence ?

Florent L : Parce que nous sommes dans un monde écartelé entre la réalité et l’image qu’il se fait de la réalité. Conduisez-nous à votre chef, Lui, il comprendra…

Phil X : Oui, votre chef ! Les porteurs n’iront pas plus loin : eux dire djudju !